6eme des 24 heures du Mans !

Coup de maître pour un coup d’essai
 
Debout sur le muret de la ligne droite des stands aux côtés de ses mécaniciens, Pascal Rauturier attend l’arrivée de Richard Bradley et Enzo Guibbert, les pilotes des Oreca n°40 et n°39. Après 24 heures d’une course marquée par de nombreux rebondissements et la victoire de Porsche pour la troisième année consécutive, le team manager du Graff Racing esquisse un large sourire en direction des ingénieurs de l’écurie restés devant le stand. Pari gagné pour l’écurie de Morangis qui a réussi la performance de se classer 6e des 24 heures du Mans (*) et 5e de la catégorie LPM2 grâce au trio James Allen-Franck Matelli-Richard Bradley. « Les résultats parlent d’eux-mêmes, jubile Pascal Rauturier. Ils sont plus que probants. Car si l’écurie est née dans les années 80, aucun membre de l’équipe actuelle, excepté deux pilotes (Bradley et Winslow), n’avait participé aux 24 heures du Mans. On est juste devancés par des teams de renommée mondiale, engagés en WEC (World Endurance Championship), qui ont d’autres moyens que les nôtres. »
La course n’a toutefois pas été de tout repos pour les membres techniques du Graff Racing, notamment les mécaniciens qui ont dû intervenir à plusieurs reprises sur la n°39. Déjà victime de problèmes électroniques au moment du warm-up samedi matin, la voiture du trio Eric Trouillet-Enzo Guibbert-James Winslow, a ensuite accumulé les incidents mécaniques lors de la course. « Même si on a réussi à finir (45e), ce qui est déjà une belle satisfaction, on reste sur notre faim car on a connu beaucoup de malchance », regrette Eric Trouillet. Ça commence dès la deuxième heure de course avec une crevaison qui endommage un amortisseur. Alors 27e, la n°39 plonge dans les profondeurs du classement (54e) avant d’entamer une belle remontée. A mi course, sur les coups de 3 heures du matin, James Winslow occupe la 15e place alors que la n°40 pointe en sixième position. Mais après une nuit tranquille, le Graff Racing connaît au petit matin une succession de problèmes. La n°39, contrainte à un long arrêt au stand en raison d’une grosse alerte sur la boîte de vitesse, dégringole au classement (48e à 6h). « J’étais très déçu pour mon père car il avait un bon rythme en course. On s’attendait à ce qu’il termine dans les seize premiers avant ses ennuis mécaniques », estime Adrien, son fils cadet (22 ans). Et dans la foulée, la n°40 fait un tout droit au virage Indianapolis. Une sortie de piste heureusement sans gravité mais qui lui coûte deux tours. « Sans cette erreur, on pouvait se battre pour une place sur le podium, estime Eric Trouillet. Mais cette 6e place inespérée est déjà très encourageante. Ça va donner de la confiance pour la suite de la saison. »
Si le championnat d’Europe Le Mans Series ne reprendra que le 23 juillet sur le circuit du Red Bull Ring (Autriche), le Graff Racing sera au taquet dès ce week-end pour une épreuve de VdeV à Dijon où Adrien Trouillet, sera en lice. Le jeune (22 ans) pilote, qui a débuté le sport auto il y a un an, emmagasine de l’expérience avec l’espoir de courir un jour les 24 heures du Mans avec son père. « Ça ne sera pas avant quatre ou cinq ans », prévient Adrien Trouillet. Mais son paternel a déjà prévu d’y revenir dès l’année prochaine. « Quand on a goûté à quelque chose d’aussi extraordinaire que les 24 heures du Mans, on a envie d’y regoûter très vite, lance Eric Trouillet. On sera mieux préparé et j’espère que j’aurais plus de chance. »
 
(*) : 7e à l’arivée, la n°40 du Graff Racing a gagné une place après le déclassement de la Vaillante Rebellion n°13, qui avait terminé 3e. Elle a été jugée non conforme à l'issue des vérifications d'après course.

3 sur 5 à Monza !

Le Graff a dominé trois des cinq séances des Essais Officiels ELMS à Monza !

Nous sommes satisfaits de ces premiers essais et de notre collaboration avec ORECA.
Ces 2 journées test ont permis de collecter toutes les informations possibles dans les meilleures conditions. Nous savons également qu'il reste beaucoup de travail et que la route est encore longue jusqu' au Mans ! Le Graff félicite l'ensemble de ces pilotes et de son staff pour cette performance et souhaite remercier ses partenaires sans qui cette aventure ne serait pas la même. Toute notre attention se porte désormais sur la première course ELMS, qui aura lieu à Silverstone le samedi 15 avril ... suivez nous !

VdeV: TOP 5 en Terre espagnole!

La troisième et dernière journée sur le Circuit de Barcelona-Catalunya, théâtre de la manche d’ouverture de la saison 2017 des consacrées V de V Endurance Series, se révèle toute aussi passionnante, offrant spectacle, suspense, et retournement de situation jusqu’à l’arrivée des différentes catégories ! Le Graff peut se montrer ravi de l’issue de cette épreuve, puisqu’après avoir troqué sa Ligier pour une Norma, l’écurie managée par Pascal Rauturier s’invite dans le Top-5, en 4e position du classement général et sur la deuxième marche du podium Prestige !